Aller au contenu principal

Huile d’olive : Face à la crise italienne, la Tunisie jouera la carte de concurrence …

Huile d’olive : Face à la crise italienne, la Tunisie jouera la carte de concurrence …

La bactérie Xylella fastidiosa , qui a décimé des milliers d'oliviers en Italie, continue à ravager la région des Pouilles, reconnue par la capitale de l'huile d'olive italienne, qui  vit une situation catastrophique à cause de la vague exceptionnelle de gel et la forte présence de mouches.
Jusque-là, les indicateurs sont très inquiétants en Italie depuis le démarrage de la récolte qui s’étale de la fin septembre jusqu’aux premiers jours de novembre. " A cause de cette bactérie mortelle, les oliviers produisent deux fois moins de fruits que les autres années. L’Italie devrait passer de 420 000 tonnes d’huile d’olive produites d’ordinaire à 200 000 cette année, selon les prévisions des professionnels du secteur. "
Mais ce n’est pas tout ! En raison notamment du mauvais temps, l'Institut public des services pour le marché agricole et alimentaire (ISMEA) a annoncé dans un rapport sur l'huile d'olive que "la production en Italie devrait chuter fortement en 2018. Le recul de la production est estimé à 38% environ, pour atteindre 265.000 tonnes contre 430.000 tonnes l'année dernière. "
Selon le même rapport "Cette baisse représente une valeur moyenne entre une hypothèse maximum de baisse arrivant à 45% et une hypothèse plus optimiste limitant la réduction à 30%". Les conditions climatiques cette année ont été particulièrement défavorables, plus spécialement "la neige en mars" dans les Pouilles, la principale région productrice d'Italie ». Il rappelle également le principe de l'alternance entre une année plutôt bonne et la suivante qui est toujours moins. 
"Pour avoir une image plus précise de la production réelle, il faudra cependant attendre fin novembre, la récolte des olives débutant généralement vers le 15 octobre" précise l’ISMEA.  

En revanche, et en se basant sur les premières estimations du ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche qui prévoit une saison oléicole plutôt positive, la Tunisie pourrait profiter de ces nouvelles données qui concernent la baisse de production en Italie et gagner l'enjeu de la concurrence et de la qualité à l’échelle internationale… 
L’or vert de la Tunisie pourrait enregistrer une évolution importante puisque la majorité de ses exportations sont destinées à l’Union Européenne qui adopte un système de quotas pour ses principaux fournisseurs. Ainsi, le quota tunisien sera, relativement, révisé à la hausse face à la baisse de production italienne. 
Premier pas dans ce sens, le chef du gouvernement, Youssef Chahed avait déjà annoncé à l’issue de ses entretiens avec et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le 24 avril dernier à Bruxelles, l’augmentation du quota d’exportation d’huile d’olive en Europe de 30 000 tonnes supplémentaires sur deux ans, ce qui porte à 95 000 tonnes la totalité de la quantité d’huile d’olive exportée vers l’Europe. 

Affaire à suivre … 

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.