Aller au contenu principal

Filière laitière : Un programme exceptionnel en vue pour l’année 2019

Filière laitière : Un programme exceptionnel en vue pour l’année 2019

Dans le cadre d’une conférence de presse tenue hier, lundi 9 juillet à Tunis et ayant eu pour thème « La filière laitière : les problématiques et les solutions », le ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Samir Taieb, a évoqué plusieurs difficultés rencontrées par la filière telles que la succession des saisons de sécheresse, la diminution des surfaces irriguées de production de fourrages et du nombre de bovins (abattage anarchique, contrebande de cheptel…), l’augmentation des coûts de production (alimentation du bétail, soins vétérinaires, main d’œuvre) et contrebande de lait .
A cette occasion, le ministre a annoncé le lancement d’un Programme exceptionnel pour l’année 2019 visant à la reconstitution du cheptel national, d’un coût de 33 millions de dinars. Ce programme consiste à :

• Doubler la subvention au transport des fourrages et des déchets industriels.
• Doubler la subvention à l’engraissement des veaux pour passer de 150 à 300 dinars par tête de veau.
• Créer une « caisse pour la santé animale » avec un fonds qui s’élève à 10 millions de dinars. Sa principale mission est de veiller à la bonne santé du cheptel.
• Elaborer une étude nationale sur le cheptel pour identifier les races les plus adaptées à l’environnement en Tunisie.      
• Augmenter les primes allouées à l’octroi du cheptel originel,de 30 % à 40% pour les races laitières et de 30 % à  60% pour les races mixtes (pour la production de lait et de  viande rouge). 
• Instaurer un cadre législatif permettant aux petits et moyens éleveurs de percevoir des primes et des aides financières s’élevant à 500 dinars, pour promouvoir la production du cheptel bovin. Cette mesure permettra la production d’environ 5.000 vaches. 
• Renforcer le programme d’identification des vaches qui vise à lutter contre le bradage du cheptel local, en décidant une prime encourageant la traçabilité bovine pour le compte des privés, arrêtée à 0,2 dinar par tête de vache. 
Le ministre a rappelé, d’autre part, les décisions du Conseil ministériel restreint sur la filière du lait tenu le 5 juillet 2018, qui ont porté notamment sur le maintien du prix de vente du lait demi écrémé au détail à 1120 millimes le litre (paquet de 1 litre), l’augmentation du prix de réception du lait frais destiné aux centres de collectes et unités de conditionnement à partir du 7 juillet 2018 de 766 millimes le litre à 890 millimes le litre au niveau de la production en tant que prix minimal garanti, et l’augmentation de la prime de collecte de lait de 70 millimes le litre à 90 millimes le litre.

 

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.