Aller au contenu principal

Les chercheurs des établissements d’enseignement supérieur agricole enfin concernés par l’indemnité d’encouragement

Les chercheurs des établissements d’enseignement supérieur agricole enfin concernés par l’indemnité d’encouragement

Le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche vient de sortir une circulaire qui permet aux enseignants chercheurs des établissements d’enseignement supérieur agricole l’application du « Décret n°2007-1712 du 5 juillet 2007, portant création d’une indemnité d’encouragement au développement des compétences pour l’encadrement des thèses de doctorat et des mémoires de mastère à l’instar des enseignants du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Ce décret de 2007 ne mentionnait que les enseignants du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, d’où l’exclusion jusqu’à ce jour des enseignants et des chercheurs sous la double tutelle, dont ceux du ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche ».
A ce propos, Naziha Atti, secrétaire générale adjointe de la Fédération générale de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (FGESRS) et professeure à l’INRAT, a indiqué dans une déclaration exclusive à Flehetna que « cet acquis est le fruit de plusieurs années de lutte des syndicats de l’enseignement supérieur et de la recherche agricole et de la FGESRS, qui ont réclamé de bénéficier des mêmes droits que les enseignants chercheurs de l’enseignement supérieur acquis depuis 2007. 

La Circulaire du ministère de l’ l’Agriculture explique que « ce décret concerne aussi bien les professeurs que les maîtres de conférences pour l’encadrement des thèses de doctorat, alors que pour les mastères il englobe, en plus des deux grades cités, les maîtres assistants. L’enseignant est payé selon le nombre de thèses soutenues tous les deux ans consécutifs et obtient la prime dans un délai maximum de trois mois après la soutenance. »
La prime est de 2500 dinars par thèse soutenue, sous forme d’avance d’une valeur de 1700 dinars, pour la première thèse soutenue et un complément de 800 dinars lors de la soutenance de la 2e dans un délai de deux années. Pour les mastères, la prime est de 400 dinars par mastère à partir du 3e, avec un maximum de 6 mastères/an.

Mme Atti a souligné, à ce sujet, que les enseignants ayant encadré des thèses bénéficieront certainement de leurs droits d’encadrement, mais cela sera difficile pour ceux qui ont encadré des mastères. Elle explique que la difficulté réside dans le Décret n°2007-1712 lui-même, qui exige la gratuité des deux premiers mastères et le payement à partir du 3e. Or, dans l’enseignement Sup-Agri avec la formation d’Ingénieurs (5 ans), il n’est pas courant d’avoir 3 mastères encadrés la même année par le même enseignant d’où la demande de la FGESRS de revenir sur cette gratuité.

Concernant les prochaines étapes, elle a indiqué que la FGESRS s’adressera au ministre de l’Agriculture pour valoriser cette initiative qui est le fruit de plusieurs efforts déployés depuis des années. Elle espère, en outre, une solution rapide, en l’occurrence des textes concernant les dossiers encore en suspens comme l’encadrement des projets de fin d’étude (PFE) et l’application automatique des textes concernant les enseignants de l’enseignement supérieur aux enseignants supérieurs agricoles.

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.