Aller au contenu principal

Les aliments ultratransformés associés à une hausse de 14 % de la mortalité

Les aliments ultratransformés associés à une hausse de 14 % de la mortalité

Les aliments ultratransformés comme les colorants, les conservateurs, les arômes et d’autres additifs ont été associés à une hausse de 14 % de la mortalité, selon une étude française publiée lundi 11 février dans la revue de l’Association médicale américaine, Jama Internal Medicine.

L’EREN, équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (université Paris-XIII, Inserm, INRA, CNAM) qui a analysé les données de 44 551 personnes a noté que l’augmentation de 10 % de la proportion de ces aliments a été lié à plusieurs effets néfastes sur la santé.

Les données de 44 551 participants âgés de plus de 45 ans, à 73 % des femmes ont indiqué en ligne ce qu’elles avaient mangé et bu pendant plusieurs périodes de vingt-quatre heures répétées régulièrement. Les aliments ultratransformés représentaient 14,4 % de leur consommation (en termes de grammage d’aliments) et 29 % de leur apport énergétique total. Au bout de sept ans, 602 personnes étaient décédées dont 219 par cancer.

Le docteur Mathilde Touvier, directrice de l’EREN et l’une des auteures de cette étude indique qu’il s’agit d’une étude d’observation qui mérite une exploration plus poussée. Mais « de plus en plus d’études observent un lien entre ces aliments ultratransformés et les risques sur la santé (….) nous avions précédemment observés le risque de cancer et le syndrome du côlon irritable, l’hypertension ou encore l’obésité à travers les travaux d’autres équipes au niveau international » a-t-elle affirmé. 

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.