Aller au contenu principal

La Tunisie rejoindrait le projet du WWF de cogestion de la pêche en Méditerranée

La Tunisie rejoindrait le projet du WWF de cogestion de la pêche en Méditerranée

La Tunisie s'apprêterait à faire part du programme méditerranéen du Fonds mondial pour la nature (WWF) mené depuis 2017 dans 11 sites européens de 6 pays de la rive nord de la Méditerranée (Espagne, France, Italie, Grèce, Croatie et Slovénie), en collaboration avec d’autres partenaires, dont l’UE. Ce programme vise principalement, à travers le projet « FishMPAB Blue2 », à faire de la Méditerranée une zone de pêche durable où les pêcheurs seront les gardiens et co-gestionnaires. 

Pour garantir le respect des règles, ces pêcheurs sont appelés à signer un code de conduite en 14 points, qui porte essentiellement sur le respect de la régulation de l’aire marine protégée, sélectionnant les outils et techniques de pêches non offensives au milieu marin. Le code prévoit, entre autres, une contribution des pêcheurs aux travaux d’observation et de collecte d’informations sur tout ce qui se passe dans la zone concernée et l’application des instructions en cas de capture accidentelle d’espèces protégées.

Ce projet, basé sur une approche de cogestion, alimente le sentiment d’appropriation et d’auto-investissement pour le pêcheur, qui devient acteur principal dans les différentes activités de sensibilisation des touristes et de surveillance et d’observation de l’environnement.

"La Tunisie, qui possède une flotte de petites embarcations de pêche importante, doit avoir sa place dans ce projet. Le réseau tunisien d’aires marines et côtières protégées créé en 2015, doit englober la Galite, Zembra, Tabarka, le Cap Negro et probablement les îles Kuriat, d’après l’Agence de protection d’aménagement du littoral (APAL).", souligne Anne Rémy, directrice de la communication au programme méditerranéen du WWF. 

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.