Aller au contenu principal

La Tunisie est prête à co-présider avec l’Italie l’initiative West Med pour le développement durable de l’économie Bleue en 2020

La Tunisie est prête à co-présider avec l’Italie l’initiative West Med pour le développement durable de l’économie Bleue en 2020

Les travaux de la 2ème conférence ministérielle de l’initiative West Med s'est tenu  en Algérie regroupant l’Algérie, la Tunisie, la France, l’Italie, la Libye, Malte, le Maroc, la Mauritanie, le Portugal et l’Espagne. Chargée du suivi de l’initiative Blue Med en faveur du développement durable de l’économie bleue en Méditerranée occidentale, cette conférence, soutenue par la Commission européenne et l’Union pour la Méditerranée, vise à instaurer une économie maritime durable dans l’ouest de la Méditerranée. 

Un rapport de l’Union Européenne a révélé en 2018 la bonne exploitation des potentialités économiques en mer Méditerranée pouvait générer 566 milliards d’euros et 3,5 millions d’emplois, d’où l’importance de déployer les efforts pour instaurer une approche d’ouverture sur la mer pour l’économie des pays et une vision qui intègre toutes les richesses de son espace maritime et côtier. 
Pour sa part, le ministre tunisien de l’Agriculture, des ressources hydrauliques et de la Pêche, Samir Taieb a déclaré, dans le cadre de cette initiative, que la Tunisie est prête à co-présider avec l’Italie l’initiative West Med pour le développement durable de l’économie Bleue en Méditerranée occidentale en 2020. L’initiative West Med, lancée en avril 2017, vise à mettre en place les fondements de l’action commune, en vue d’atteindre la sécurité maritime, renforcer le développement durable bleu et de préserver les systèmes écologiques et la diversité biologique.

D’autre part, M.Ali Mokrani, directeur de la division Europe au ministère des Affaires étrangères a souligné l’importance de l’impact de cette initiative sur la rive sud de la Méditerranée, tout en rappelant en notant que l’économie bleue ne peut être menée sans partenariat substantiel dans le cadre régional et sous régional. Dans le même cadre, il a cité les problèmes de la région liés à la pollution, la diminution des stocks de poisson les menaces sur la sécurité, l’instabilité et l’incertitude du climat des investissements, les changements climatiques et l’élévation du niveau des mers … 
John O’Rourke, chef de la délégation européenne en Algérie a notamment plaidé pour un cadre institutionnel et juridique solide pour assurer la relance de l’économie maritime de manière durable. Il a rappelé que les ressources financières pour réaliser les objectifs de cette initiative existent, notamment au niveau de l’UE.

Lors de cette réunion ministérielle, le Maroc a été désigné officiellement pour prendre le relais et assurer avec la France, à compter du 1er janvier 2019, la coprésidence du Comité directeur de l’initiative «WestMed», assumée actuellement par la France et l’Algérie. Lors de son intervention au cours de cette conférence, le ministre marocain de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch a insisté sur l'importance d'agir afin d’assurer une gestion efficace des risques marins et une gestion intégrée des zones côtières qui se trouvent de plus en plus confrontées à la vulnérabilité des écosystèmes marins. 

 

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.