Aller au contenu principal

La région de Kébili souffrirait encore de l’indifférence des autorités

La région de Kébili souffrirait encore de l’indifférence des autorités

Dans une déclaration exclusive à Flehetna, Taoufik Toumi, président de l’Union régionale des agriculteurs, relevant de l'UTAP, a indiqué que la région de Kébili, qui est premier producteur national de dattes, souffre encore de l’indifférence des autorités, notamment de la part du ministère de l’Agriculture. Il a expliqué que ce dernier n’accorde pas l’appui et l’encadrement nécessaires et indispensables à la promotion du secteur des dattes, qui est l’un des piliers stratégiques de l’exportation agricole nationale. 

« Malgré la conjoncture économique actuelle, les exportations de dattes ont affirmé leur position comme l’un des moteurs de l’économie nationale et comme source principale de devises pour la Tunisie. Le ministère devrait renforcer le rôle que joue notre région au niveau international. Nous avons appelé à la mise en place d’un plan pour la promotion du secteur et à la création d’un observatoire régional de dattes qui offre une base de données, actualisée, en ligne. Elle sera mise au service des agriculteurs à l’échelle nationale et internationale, ainsi qu’au service des investisseurs et des exportateurs pour s'informer sur les chiffres et le rendement du secteur, chaque saison, à Kébili.», a précisé le responsable. 

Revenant sur le problème de dessèchement des dattes dans la région, M.Toumi a souligné que les efforts déployés par le ministère à ce propos ont été insuffisants. « Nous avons entamé, au mois de juillet, une première phase d’essai du traitement des palmes atteintes et nous avons constaté que la quantité du traitement fourni ne répondait pas réellement aux besoins de la région. Les ressources humaines étaient inadéquates par rapport à l’importance des superficies et des oasis à traiter… Nous avons rencontré beaucoup de problèmes qui ont causé l’interruption de cette phase … Le ministère de l'Agriculture pouvait collaborer avec le ministère de la Défense pour assurer le suivi du traitement … », a-t-il souligné.

Dans ce même contexte, le responsable a indiqué que le ministère n’a pas répondu à plusieurs propositions émanant des structures et des intervenants dans le secteur agricole à Kébili : « Nous avons exigé plusieurs réformes au niveau régional, et ce afin de promouvoir la situation à Kébili. Nous avons demandé la création d’un office national des dattes chargé de l’encadrement, la régulation et la promotion de la production à des prix compétitifs à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, à l’instar des offices du blé et de l’huile d’olive. Nous avons également demandé l’intégration des agriculteurs de la région et les structures régionales à la prise de décisions qui concernent la région parce qu’ils ont plus de connaissances et d’expérience concernant les particularités des oasis et de la situation agricole en général. Sur un autre plan également, nous avons demandé la révision des formules de financements destinées aux petits agriculteurs. »

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.