Aller au contenu principal

IPBES : Un million d’espèces animales et végétales risquent de disparaître à brève échéance !

IPBES : Un million d’espèces animales et végétales risquent de disparaître à brève échéance !

Un million d’espèces, animales et végétales, soit une sur huit, risquent de disparaître à brève échéance de la surface de la Terre ou du fond des océans. Cela, sur un total de 8,1 millions d’espèces animales et végétales, dont 5,9 millions terrestres et 2,2 millions marines, telle est l’alerte, lancée par la Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services éco systémiques (IPBES). 

Dans son rapport de plus de 1 700 pages, fruit de trois ans de recensement et d’analyse de données par plusieurs centaines d’experts, sur l’état de la biodiversité mondiale, l’IPBES a indiqué que  « La santé des écosystèmes dont nous dépendons, comme toutes les autres espèces, se dégrade plus vite que jamais (…)  Les activités humaines menacent d’extinction davantage d’espèces au niveau mondial que jamais auparavant , au moins des dizaines ou des centaines de fois supérieur à ce qu’il a été en moyenne durant les dernières 10 millions d’années ».

La même source indique également que, depuis 1900, « l'abondance moyenne des espèces locales dans la plupart des grands habitats terrestres a diminué d'au moins 20 % en moyenne. Plus de 40 % des espèces d’amphibiens, près de 33 % des récifs coralliens et plus d'un tiers de tous les mammifères marins sont menacés. La situation est moins claire pour les espèces d'insectes, mais les données disponibles conduisent à une estimation provisoire de 10 % d’espèces menacées. »

« Au moins 680 espèces de vertébrés ont disparu depuis le 16ème siècle et plus de 9 % de toutes les races domestiquées de mammifères utilisées pour l’alimentation et l’agriculture avaient disparu en 2016, et 1000 races de plus sont menacées. » avertit le rapport. 

D’autres résultats majeurs du rapport ont été également publiés : 

•    Les trois quarts de l'environnement terrestre et environ 66 % du milieu marin ont été significativement modifiés par l’action humaine. 
•    Plus d'un tiers de la surface terrestre du monde et près de 75 % des ressources en eau douce sont maintenant destinées à l’agriculture ou à l’élevage.
•    La valeur de la production agricole a augmenté d'environ 300 % depuis 1970, la récolte de bois brut a augmenté de 45 % et environ 60 milliards de tonnes de ressources renouvelables et non renouvelables sont maintenant extraites chaque année dans le monde  - quantité qui a presque doublé depuis 1980.
•    La dégradation des sols a réduit de 23 % la productivité de l’ensemble de la  surface terrestre mondiale.
•    En 2015, 33 % des stocks de poissons marins ont été exploités à des niveaux non durable ; 60 % l’ont été au niveau maximum de pêche durable, et seulement 7 % à un niveau inférieur à celui estimé comme étant durable.
•    Les zones urbaines ont plus que doublé depuis 1992.

 

Source : IPBES
 

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.