Aller au contenu principal

Huile d’olive Tunisienne : Une qualité irréprochable qui se vend malgré les campagnes de dénigrement

Huile d’olive Tunisienne : Une qualité irréprochable qui se vend malgré les campagnes de dénigrement

Ces dernières années, la Tunisie s’est positionnée comme l’un des principaux pays producteurs d’huile d’olive au niveau mondial. Avec des exportations vers 54 marchés internationaux, notamment ceux de l’Union Européenne qui accaparent la part du lion avec plus de 56 mille tonnes, les Etats-Unis d’Amérique avec 35 mille tonnes dont 7 mille tonnes d’huile conditionnée, notre pays figure parmi les lauréats de prestigieuses compétitions.
Grâce à l’élévation de ses standards de qualité et au développement des produits à haute valeur ajoutée, notamment une production croissante d’huiles d’olive biologiques, la Tunisie a œuvré à améliorer la compétitivité et la reconnaissance de ses huiles, tant sur le marché domestique qu’à l’export. Aujourd’hui, la Tunisie dispose de 88 millions de plants d’oliviers sur une superficie de 1,8 million hectare et environ 20 mille hectares d’oliviers sont plantés chaque année, outre un plan quinquennal de plantation d’un million d’oliviers par an au Nord vu les conditions climatiques adéquates. 

L’huile d’olive ou l’or vert de la Tunisie a raflé plusieurs prix et récompenses ces dernières années : La Tunisie a été honorée en remportant 6 médailles au Concours international pour l'huile d'olive vierge extra de Los Angeles, elle a été également élue par le Conseil oléicole international (COI) parmi les premiers fournisseurs d’huile d’olive conditionnée au monde, "Oleiva", et une huile d’olive Tunisienne a été officiellement élue « Produit de l'Année 2018 » au Canada
La Tunisie a été élue, au cours de l’année passée, le pays avec le plus fort taux de progression du stock d'huile d'olive dans le monde par le Conseil oléicole international (COI) qui a publié des chiffres concernant la saison d'huile d'olive dont la récolte a atteint 220.000 tonnes (120%). Elle a ainsi devancé l’Argentine (+74%, 37.500 tonnes), la Turquie (+62%, 287.000 tonnes), le Maroc (+27%, 140.000 tonnes) et l’Algérie (+27%, 80.000 tonnes).
Malgré ces indicateurs positifs et cette compétitivité prouvée à l’échelle internationale, l’huile d’olive tunisienne a fait l’objet de plusieurs  campagnes de dénigrement qui visent à nuire à son image.

Plusieurs médias étrangers se sont acharnés pour remettre en question la qualité de ce produit phare.  Les journaux  italiens ont lancé , avec  plusieurs chaines du pays, comme RAI1 et RAI3, une campagne qui a duré près de quatre mois contre la Tunisie, à travers des articles et des émissions de télévision visant à noircir l’image de l’huile d’olive tunisienne et à pousser les grands exportateurs mondiaux à l’abandonner… Une autre campagne a été lancée aux Etats-Unis accusant la Tunisie de mélanger l’huile de tournesol avec de la créatinine et des colorants, pour le faire passer pour de l’huile d’olive vierge extra. D’autres ont choisi de diffuser des images d’une huilerie qui ne respecte pas les moindres conditions d’hygiène et qui ne reflètent pas la véritable industrie de l’huile d’olive en Tunisie.
Récemment, le magazine français 60 Millions de Consommateurs, reconnu par sa crédibilité, a également suscité beaucoup de polémiques suite à la publication d’un article indiquant la présence de traces de Phtalates chez deux enseignes d’huile d’olive biologique tunisienne. Cet article ne contenait pas, pourtant, des indications sur : le référentiel utilisé pour les analyses réalisées, le laboratoire qui a effectué les analyses, son accréditation, les critères utilisés pour choisir les marques d’huile d’olive à analyser, l’échantillonnage… 
En réponse, le ministère de l’Agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche a tenu à défendre le produit tunisien et a rappelé que les organismes de contrôle et de certification en Tunisie ont effectué au cours de 2017, environ 1408 visites de 417 projets biologiques. 280 échantillons ont été prélevés et analysés dans les laboratoires internationaux, ils sont  titulaires d’un certificat d’accréditation de la part des conseils internationaux d’Accréditation.   

Face à ces campagnes de dénigrement orchestrées par certaines parties visant à dévaloriser l’image de ce produit tunisien,  la qualité de d’huile d’olive tunisienne continue à faire ses preuves et a défier toutes les rumeurs …  Dans ce contexte, plusieurs parties européennes officielles comme l’Agence Française de l’Agriculture Biologique, et le Syndicat des Transformateurs Biologiques, ont affirmé que les produits issus des pays détenteurs du système d’équivalence et de reconnaissance à l’instar de la Tunisie, sont conformes à la législation européenne en matière d’agriculture biologique.  

Dans sa déclaration à Flehetna, M.Abdesslam Loued, Membre du  bureau exécutif de la Chambre Nationale Syndicale des Exportateurs d’Huile d’Olive, a indiqué que « La Tunisie, qui est l’un des plus grands producteurs d'huile d'olive au monde , adopte un système de contrôle, efficace et fiable , qui se poursuit depuis la production des olives biologiques jusqu’aux opérations d’exportation pour s’assurer de la qualité de l’huile d’olive bio.  Chaque expédition est soumise à des analyses physiques et chimiques. » 
Revenant sur les accusations lancées à l’encontre de l’huile d’olive tunisienne, M.Loued a précisé que « les trois produits présentés, comme étant d’origine tunisienne, sont en fait des marques françaises : Bio Planète, L’olivier heureux et la Marque Repère Bio Village du distributeur E. Leclerc. Ce qui explique, que l’huile d’olive est probablement d’origine tunisienne mais n’a pas été conditionnée en Tunisie. Elle a été, probablement, exportée en vrac et conditionnée en France ou ailleurs. »
Il a également expliqué que « L’huile remise en question pourrait être stockée en vrac dans le pays de destination pendant un temps indéterminé puis mise en bouteille… Personne ne pourrait savoir dans quel état et dans quelles conditions le produit serait reçu ultérieurement par l’importateur… On ne pourrait pas être sûr si elle a été mélangée avec des huiles d’olive d’autres origines, comme le permet la réglementation européenne. Toutes ces questions devraient être remises à l’analyse et à la vérification … »

En Tunisie, l’oléiculture occupe depuis plusieurs années une place stratégique dans la balance commerciale alimentaire, elle constitue l’un des piliers de l’économie nationale. Dans un contexte plus large, l’huile d’olive tunisienne livre une concurrence cruciale pour garder ses parts de marchés à l’international et pour mieux se positionner dans la course des leaders mondiaux. L’accès à de nouveaux marchés rémunérateurs au niveau international doit être, impérativement, lié à l’image et la perception de notre produit et de notre pays, ce qui nécessite plus de communication et de collaboration avec tous les acteurs actifs dans le secteur

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.