Aller au contenu principal

France : Le virus ToBRFV menace les tomates et pourrait infecter jusqu’à 100 % des plantes sur un site de production

France : Le virus ToBRFV menace les tomates et pourrait infecter jusqu’à 100 % des plantes sur un site de production

Le gouvernement français a confirmé, hier, la contamination de fruits en serre par le virus végétal, le"tomatobrownrugose fruit virus" (ToBRFV) qui, extrêmement virulent, pourrait peser un risque économique sur toute la filière.
L’Agence de sécurité sanitaire française (ANSES) a déclaré à ce propos que « ce virus peut infecter jusqu’à 100 % des plantes sur un site de production.Sa diffusion en France aurait des conséquences économiques majeures pour la filière mais également les jardiniers amateurs ».

L'ANSES a dévoilé hier les résultats des analyses des échantillons prélevés dans les serres qui étaient en suspicion dans le Finistère et les résultats sont positifs, elles sont donc bien contaminées :« L’exploitation concernée a été confinée dans l’attente de la destruction des végétaux et de la désinfection du site dans les plus brefs délais. (…) Le virus de la tomate peut infecter jusqu’à 100 % des plantes sur un site de production, ce qui le rend redoutable pour les cultures à haute densité de plantation comme les cultures sous serre. En revanche, il n’a pas d’impact sur l’homme » 
Il est à rappeler que, depuis le début de février, l’ANSES avait mis en garde contre le tomatobrownrugose fruit virus (ToBRFV) qui est particulièrement dangereux pour les plantes qui y sont sensibles et qui peut se transmettre par les semences, les plants et les fruits infectés et survit longtemps à l’air libre.Le fruit contaminé perd toutes ses qualités gustatives, en raison d’une rupture de sa maturation, venant altérer la qualité de sa chair et le rendant impropre à la commercialisation.
Sur un plant malade, on peut observer des mosaïques et marbrures sur les feuilles, des taches et nécroses sur les fleurs et une décoloration avec des taches jaunes ou brunes sur les fruits qui peuvent aussi être déformés.


 

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.