Aller au contenu principal

Dr. Chahbani : Le diffuseur enterré, une innovation révolutionnaire pour économiser l’eau de l’irrigation

Dr. Chahbani : Le diffuseur enterré, une innovation révolutionnaire pour économiser l’eau de l’irrigation

L’agronome tunisien Mohamed Wassim Chahbani a été élu parmi les 10 nominés au prestigieux Prix de l’Innovation pour l’Afrique (PIA) 2018, organisé chaque année, par la Fondation africaine de l’innovation (AIF). 

Ce jeune chercheur présente l’invention de son père Dr.Bellachheb Chahbani, chercheur et docteur en géomorphologie appliquée qui a présenté le résultat de ses recherches menées pendant 25 ans dans une déclaration exclusive à Flehetna : « Je suis le père de Mohamed Wassim Chahbani, le chef de l’entreprise Chahbani Technologies (CHAHTECH SA) et l’inventeur qui a fait les premiers pas de recherches depuis déjà 25 ans avant de voir mon fils me rejoindre il y a quelques années . J’ai entamé mes études à l’Institut des régions arides de Médenine et j’ai poursuivi mon cursus d’études à la Sorbonne pour avoir un doctorat en géomorphologie appliquée et un doctorat en sciences agronomiques de l’Université de Gand (Belgique). »

« L’idée de mon invention du « diffuseur enterré » s’est inspirée de mes origines djerbiennes et de mon milieu familial puisque mon père était agriculteur. Il utilisait une méthode traditionnelle de la jarre qui fait passer l’eau goutte à goutte pour assurer l’irrigation des oliviers et des figuiers. Outre le risque de casse, cette solution modeste qui se plantait en profondeur, s’affrontait à un problème : L’eau salée finit par boucher le trou de la jarra et finit par l’empêcher de faire passer ces petites quantités. Partant de ce même principe, et dans le même esprit, j’ai travaillé sur le principe de la macroporosité qui se base sur l’usage de graines de quartz qui laissent passer l’eau. » A-t-il expliqué. 

Interrogé sur les étapes d’évolution de son invention, Dr.Bellachheb Chahbani a indiqué qu’il a mené plusieurs recherches et essais pendant plus de 25 ans. Il a déposé le brevet de son invention en 2008. «  La création de ce concept innovant à l’échelle internationale visait à diminuer la quantité d’eau utilisée dans l’irrigation. Effectivement, son utilisation permet de d’utiliser 70% moins d’eau que le système du goutte à goutte, économise près de 70% d’énergie électrique utilisée dans le pompage et permet la réduction les mauvaises herbes et l’usage des pesticides et des fertilisants. Le diffuseur enterré permet également notamment de lutter contre la sécheresse  qui peut durer deux ou trois ans et qui peut avoir un impact négatif sur les oliviers particulièrement. Connecté aux barrages, ou aux lacs culinaire, il peut avoir une capacité d’injection de 4 litres par heure. Au cours d’un mois sans interruption, sa capacité correspond au besoin de l’olivier tout au long d’une année. »  »   
Dr.Chahbani qui considère que cette invention représente « une solution pour l’humanité surtout dans le contexte mondial marqué par les effets du changement climatique»  a rappelé que ce diffuseur enterré a déjà reçu plusieurs prix à l’échelle internationale. Il était lauréat du Forum africain – 100 innovations pour le développement durable à Paris en 2013, il également a reçu le Prix international de l’eau de l’UNESCO en 2009, le Prix de la créativité décerné par la présidence de la République de Tunisie en 2009. Il a eu le mérite le premier prix de l’Association tunisienne des inventeurs pour les chercheurs inventeurs accordés par l’Association Tunisienne des Inventeurs au Concours 11e national de l’invention et l’innovation en 2001.

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.