Aller au contenu principal

Cap sur les grands projets de l’agriculture

Cap sur les grands projets de l’agriculture

Au cours d'un point de presse tenu vendredi 2 mars 2018, au palais du gouvernement à la Kasbah, le ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Samir Taieb a présenté les grands projets de son ministère. Il a commencé par la présentation des projets dans le domaine de l’eau inscrits dans la stratégie du ministère de l’Agriculture visant à assurer les ressources en eau potable, garantir la durabilité de l’exploitation des systèmes hydrauliques à travers la maîtrise de 95% des eaux mobilisables qui sont estimées à 2,7 milliards de mètres cubes. 

Selon lui, le ministère vise à améliorer la qualité des eaux pour que le taux de salinité ne dépasse pas 1,5 gramme par litre, et  vise à atteindre un taux d’approvisionnement en eau potable de 97% dans le milieu rural.

Parmi ces projets, on note : 

-La construction du barrage supérieur de Mellègue qui sera réalisée sur trois ans (2017- 2020), d’un coût global estimé à 276,8 MDT. Le taux d’avancement des travaux de ce barrage, qui permettra de mobiliser 87 mètres cubes en eau annuellement, a atteint 8%. Il favorisera la création de nouveaux périmètres irrigués et le renforcement des superficies situées sur les hauteurs et la partie inférieure du barrage Sidi Salem.

Le barrage supérieur de Mellègue vise aussi à remplacer le réservoir de Mellègue, la superficie du bassin est estimée à plus de 10100 km2, avec une capacité de stockage de 195 millions mètres cubes en eaux. Le coût total du projet s’élève à 276,8 millions de dinars.

-La construction du barrage Oued Douimes, d’une capacité de 45 millions m3. Les travaux de sa réalisation ont atteint 25%. Ce barrage permettra de mobiliser un volume régulier en eau, soit 12,6 millions m3, qui seront transférés vers le système des eaux du nord, à travers le canal Sejnane-Joumine. Son coût est estimé à, 60 MDT, il permet de stocker les eaux provenant du barrage de Sejnane, et alimenter la nappe souterraine.

-La réalisation du projet Saïda et Kalâa ainsi que les canaux de transfert des eaux entre eux, sur la période 2017-2022, d’un coût global de près de 599 MDT. La capacité de stockage de Kalaâ Kebira et les ouvrages hydrauliques annexes s’élève à 33 millions mètres cubes, alors que la capacité de stockage du réservoir de Saïda et des ouvrages hydrauliques y afférent est de 45 millions mètres cubes. S’agissant des ouvrages de transfert des eaux du réservoir Saïda au réservoir Belli, ils ont coûté 541 MDT.

-La réalisation d’une station de dessalement des eaux de la mer à Zarat  qui sera réalisée au cours du 4ème trimestre de 2018 (2017-2020), d’un coût de 212 MDT, d’une capacité de production de 50 mille m3 par jour extensible à 100 mille m3 par jour. Ce projet est destiné à 1 145 000 habitants dans les gouvernorats de Gabès, Médenine et Tataouine.

-Les travaux de réalisation de la station de dessalement des eaux de la mer à Sfax aura lieu au début de septembre 2019. Le coût du projet 804 MDT et d’une capacité de production de 100 mille m3 en eau par jour extensible à 200 mille m3 par jour, est destiné à 650 mille habitants.

-La réalisation de la deuxième partie du projet d’amélioration de la qualité des eaux potables dans le Sud tunisien, sur la période 2017-2022, d’un coût estimé à 213 MDT. L’Objectif est de renforcer les ressources en eau du Sud du pays et à améliorer la qualité des eaux potables, en diminuant le taux de salinité à 1,5 gramme par litre. Il est destiné aux 585 mille habitants des gouvernorats de Gafsa, Tozeur, Kébili, Sidi Bouzid et Médenine.

Le ministre a également présenté au cours du même point de presse l'exécution de plusieurs  projets de périmètres irrigués, dont le lancement du périmètre irrigué au nord en 2019 qui sera prêt en 2024, en plus de la création d’un pôle des oasis au sud (Tataouine), moyennant des financements de l’ordre de 500 millions de dinars, outre le développement de zones intégrées et le développement des ports de pêche. 

Le ministère débutera la réalisation du projet d’intensification de l’agriculture irriguée dans les grands périmètres irrigués publics des gouvernorats du nord (Jendouba, Béja, Bizerte, Siliana, Nabeul) et celui de Sfax pour un coût de 436 millions de dinars en 2019.

L'objectif serait d'améliorer le rendement des périmètres irrigués publics et les services en relation avec l’irrigation à travers l’amélioration de la gouvernance du secteur, la lutte contre la salinité des eaux, l’économie des eaux d’irrigation, le renforcement des systèmes de production.

Samir Taieb a notamment rappelé la création d’un pôle des oasis et des périmètres irrigués à Tataouine qui s’étend sur 1000 ha dont 420 ha dans les vallées entourant Remada et 580 ha dans la région de Borj Bourguiba pour  renforcer l’agriculture. Ce projet comprend 20 lotissements sur une superficie de 120 ha au profit des diplômés du supérieur et des techniciens à raison d’une moyenne de 6 ha pour chaque lotissement, outre 152 lotissements sur 456 ha avec une moyenne de 3 ha pour chaque lotissement au profit des petits agriculteurs. Le coût du projet est de  100 millions de dinars.

Il a également évoqué le projet de gestion intégrée dans les zones les moins développées (2018-2024) dont le coût de la première phase s’élève à 269 millions de dinars en vue de la plantation de 20 mille hectares d’oliviers, la consolidation de la production forestière et pastorale dans les régions ciblées par ce programme et consistant en la création de 25 espaces forestiers dans huit gouvernorats : Beja , jendouba , kairouan, sidi bouzid , siliana kassrine , kef, bizerte.

A la liste des projets aussi, l’extension et l’aménagement du port de pêche de Teboulba à l’horizon 2021 moyennant une enveloppe de 53 millions de dinars et le projet de développement de l’agriculture intégrée dans les gouvernorats du Kef et de Kasserine d’un coût de 58,8 millions de dinars. Ce projet permettra d’aménager 6 périmètres irrigués à El Kalaa El Khasba et d’approvisionner 15 zones en eau potable dans le gouvernorat de Kasserine et 6 autres dans celui du Kef.

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.