Skip to main content

Le déficit de la balance commerciale de plus en plus inquiétant

Le déficit de la balance commerciale de plus en plus inquiétant

La balance commerciale alimentaire a enregistré un déficit de l'ordre de 1276.9 Millions de dinars, et ce après les dix premiers mois de l’année 2017.

Cela constitue une couverture des importations par les exportations de près de 65%, soit moins que l’année dernière, où il avait atteint les 71%.

Le ministère de l’agriculture explique ce recul assez conséquent par l’augmentation de la valeur des importations alimentaires qui a dépassé les 20%, surtout que les produits de première nécessité constituent les trois quarts de la valeur totale des importations.

Pourtant, la valeur des exportations a augmenté de 12,7% lors des dix premiers mois de l’année. Une hausse que nous allons tenter de décortiquer par type de produits.

Sur les produits alimentaires, nous avons constaté une hausse de 12%, provoquée essentiellement par la hausse des prix des dattes, moteur majeur de l’exportation en Tunisie, atteignant les 420.2 millions de dinars.

Autre hausse remarquable également, celle des produits de la mer, qui est de 39%, et ce grâce à l’amélioration des prix.

Les fruits estivaux également ont enregistré une hausse de 33%, atteignant une valeur de 57 millions de dinars.

L’huile d’olive, pour sa part, a résisté au niveau de la valeur des exportations avec 641 millions de dinars (un recul de 3%), et ce malgré une baisse des quantités exportées de l’ordre de 23%.

Les produits ayant enregistré la plus grande régression sont les conserves de poisson et les agrumes, dont le recul dans les exportations a atteint respectivement 16% et 24%, et ce en dépit de la hausse de production, ce qui constitue un réel problème…

Coté importations, la dévaluation du dinar par rapport aux principales monnaies étrangères et l’augmentation des prix des aliments de première nécessité sur le marché mondial sont les principales raisons de la hausse de la valeur des importations.

Pour aller dans le détail, le prix du sucre a par exemple augmenté de 108%, celui des huiles végétales de 77%, le thé et café de 99%, les produits laitiers de 82%, et le blé tendre de 17%.

Quelle stratégie adopter pour stopper l’hémorragie ?

 

 

Add new comment

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.