Skip to main content

Déversement des Margines dans le fleuve de Medjerda : Exploralis réagit avec une belle campagne

Déversement des Margines dans le fleuve de Medjerda : Exploralis réagit avec une belle campagne

Une campagne de sensibilisation sur l’aspect néfaste du rejet des margines dans le fleuve Medjerda a été lancée par l’équipe d’Exploralis.
Travaillant depuis près de trois ans sur la dynamique écologique du fleuve phare de la Tunisie, l’organisation non fondamentale, qui cherche à sensibiliser les citoyens à travers le développement des projets de recherche scientifique liées aux questions environnementales, fait désormais le buzz.
Satisfaisant le tiers de la population en eau potable, et irriguant près de 80 mille hectares de champs agricoles, Oued Medjerda est désormais la plus grande réserve en eau potable du pays.
Se basant sur des observations faites en Janvier 2016 dans la région de Sidi Ismaïl, qui était alarmante, a poussé l’équipe d’Exploralis à lancer une campagne de sensibilisation contre le rejet des Margines dans le fleuve.
Ces effluents issus de l'extraction de l'huile d'olive ont un effet néfaste car riches en matières organiques et en polyphénols, de plus qu’elles sont rejetées dans le fleuve de façon anarchique et sans le moindre contrôle.
Les Margines détruisent totalement la faune et la flore aquatique, et ce par absorption de l’oxygène dissous dans l’eau, ce qui serait catastrophique.
Exploralis a lancé donc une campagne d’affichage urbain dans le centre-ville de Beja, en deux déclinaisons.
On y voit un écolier, tenant un verre d’eau de couleur sombre, rappelant une eau salie à la Marjine, accompagné du message suivant ‘’ les margines déversées dans la Medjerda sont nocives pour notre santé.’’
On peut lire également sur l’affiche que le bassin de la Medjerda fournit de l’eau potable à plus de 30 % de la population tunisienne, et ce dans le but de sensibiliser les citoyens.
Dans la deuxième affiche, on a quasiment le même message, mais cette fois, on a comme texte annexe le message ‘’ le fleuve Medjerda alimente plus de 80 mille hectares de terres agricoles avec le l’eau d’irrigation.’’, et c’est un agriculteur qui tient le verre, toujours avec autant de dégoût.
La campagne, dans sa deuxième phase, devrait se poursuivre cette fois sur les réseaux sociaux. Belle initiative, à saluer !

 

Add new comment

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.